Emmener son bébé en vadrouille pour se forger des souvenirs de qualité

Bébé

Voyager avec un bébé semble compliqué. Pourtant, il n’est jamais trop tôt pour créer des souvenirs en famille. En plus, l’emmener évite les frustrations pour les grands voyageurs. L’arrivée d’un bébé ne signifie pas la fin de l’exercice de la passion. Au contraire, partir avec son chérubin ouvre la voie à d’autres formes d’aventure.

Voyager avec un enfant en bas âge afin de nourrir son esprit

À première vue, on pourrait penser qu’emmener un bambin en vadrouille n’a de sens que pour les parents. Pourtant, l’enfant en tire énormément de bienfaits. La mémoire ne garde pas de souvenirs précis du séjour, mais il marque l’esprit du futur adulte. Le goût de la route lui est octroyé durant ces instants. Son bonheur se ressent et se manifeste de plusieurs manières. En effet, il comprend le caractère exceptionnel du moment. La rencontre d’autres cultures lui apprend à respecter et à aimer la différence. Par ailleurs, il développe sa sociabilité. Il découvre que se faire des amis n’est pas compliqué. En plus et en rapport avec tout cela, ses capacités de communication seront décuplées. Il gardera ces valeurs toute sa vie. Sa curiosité s’éveille, ce qui contribue à lui ouvrir le cerveau. Son indépendance s’accroît également, car il apprend très tôt à juguler sa peur de la nouveauté.

Organisation et astuces pratiques pour concrétiser le voyage avec bébé

Le premier impératif concerne les papiers du tout-petit. Peu importe la destination, il faut lui faire faire une carte d’identité pour mineur. Celle-ci aide à profiter des réductions pour les places en train et autres. Les parents doivent toujours emporter le livret de famille. Les séjours hors d’Europe exigent l’obtention d’un passeport, même pour le petit Homme. Il est indispensable de se renseigner. Contracter une assurance maladie devient obligatoire avec un bébé. L’avantage concerne les frais médicaux. Les parents n’ont pas à avancer d’argent, si par malheur la famille attrape une maladie lors d’un voyage en polynésie par exemple. Certaines compagnies autorisent les nouveau-nés de 7 jours à partir. Pour d’autres, il faut qu’il ait deux semaines. En avion, il est parfois permis de garder son bébé sur ses genoux, jusqu’à un certain âge. Autrement, il bénéficie de réduction, et on lui octroie un berceau ou un couffin.

Choisir une destination qui soit adaptée à la morphologie du bébé

Les critères concernant le lieu de pérégrination s’allongent quand on a un enfant. Les voyages au bout du monde sont proscrits, pour un certain temps du moins. Les vols de 4 h emmènent dans des contrées suffisamment éloignées, sans épuiser le petit être. Son horloge biologique ne doit pas être toute bouleversée. Par ailleurs, sa peau reste très fragile. Alors, en plus de l’enduire de protection solaire, il faut éviter les pays trop ensoleillés. En fait, ce choix dépend surtout des saisons. Autre préoccupation : les logements. Des hôtels s’équipent parfaitement afin d’accueillir des familles avec enfant. On les appelle « baby-friendly ». Ils offrent des prestations comme des chauffe-biberons, poussettes, etc. Cela évite d’avoir à trimballer tout son matériel. D’autres proposent même des babys clubs, pour que les parents jouissent d’un moment d’intimité. Enfin, il faut sélectionner les restaurants baby-friendly et les hôtels avec menus bébés.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *